En musique: Da Silva - Le petit tambour

 

Dans moins d'un mois, ce sera Noël. Je n'aime pas Noël. Je n'ai jamais aimé Noël, même lorsque j'étais enfant. 

J'ai été infiniment gâtée, tout le temps. Mais tu vois, je crois qu'il n'y a pas un Noël où je n'ai pas pensé à mon père, à ma famille manquante, à tout ce que j'avais la chance d'avoir que j'aurais pu échanger contre tout le reste qui ne se marchande pas. 

Un peu plus tard, mon père et moi avions pris l'habitude de nous offrir toujours le même cadeau. Il me gravait ses musiques préférées, et je lui offrais un CD que j'avais particulièrement aimé dans l'année. Nous avions les mêmes goûts et ce sont, je crois, mes plus beaux souvenirs. 

Cette année, ce sera le premier Noël sans ma grand-mère. Par delà la douleur qui est encore terriblement vive, il y a encore dans ma tête notre dernier Noël ensemble. Infiniment triste, car je savais qu'il était le dernier. Je garde de ce jour une tendresse infinie pour nos derniers moments, mêlée d'une peine profondément sourde. 

Alors quand aujourd'hui, j'entends les discussions délirantes concernant les cadeaux qui seront faits à Mademoiselle J et Jeune Homme T, je me dis que si j'avais le choix, je passerais mon tour, car je n'ai pas envie d'être complice d'une tentative pour combler une existence qui ne va pas bien.  

Je partirai en Bretagne, communier avec ma plage solitaire et ses vagues de décembre; pour oublier un instant cette période de l'année. 

J'irai avec Monsieur A, dans le silence et le calme, pour me ressourcer et tenter de ne pas imploser. 

Je penserai à mes absents. Comme toujours.